Veuillez saisir au moins 2 caractères

Veuillez saisir une adresse email valide

Commune  ›  Histoire et patrimoine
Un peu d'histoire
Virelade qui dérive du latin " Villa lata " signifiant domaine d'une grande étendue doit son nom à une importante villa gallo-romaine.
 
La première seigneurie connue remonte au XIIIème siècle, à cette époque le bourg était important puisqu'il figure parmi les places fortes reprises aux Français par les troupes d' Edouard 1er, roi d'Angleterre, en 1295.
 
Les ruines du Château de Castelmoron, des XIIème-XIVème siècles, sont à proximité de la Garonne.
 
Le château de Virelade, qui appartenait au XVIIIème siècle à la maison de Pontac, passa, par alliance, à la famille Leberthon, puis au comte de Calvimont. C'est vers 1860 que l'architecte Duphot édifia la nouvelle demeure pour Joseph de Carayon Latour (photo de gauche), commandant les mobiles de la Gironde en 1870, sénateur maire. On sait que sa femme, née de Lassus, devait périr tragiquement dans l'incendie du bazar de la Charité, qui fit plus de 100 victimes, le 4 mai 1897. Grand veneur, il créa avec des gascons saintongeais la célèbre race des chiens de Virelade. Son buste orne la place de l'église.
 
Le château de Virelade comprend essentiellement un corps de logis rectangulaire à deux niveaux, flanqué d'une tour d'angle crénelée octogonale. Il est dominé par un pavillon central à toit d'ardoise dont les trois travées forment un léger avant-corps marqué par des chaînes à bossages. Face aux communs s'élève une chapelle néo-gothique.
 
L'église Sainte-Marie, reconstruite en 1866 était située en terre gasque et dépendait, au Moyen Age, de l'archiprêtré de Cernés.

Le château de Virelade

  

 

Le château de Virelade, siège de la seigneurie de Virelade, agrandi et transformé par le baron Joseph de Carayon-Latour en 1850, a été inscrit en tant que monument historique en 2010.

L'église Notre-Dame

     

 

L'église Notre-Dame a été reconstruite en 1866, sous l'impulsion de Mgr Donnet, en style néogothique.

Les cabanes de vigne
 
Chien de Virelade
Au milieu du XIXème siècle, le comte Joseph de Carayon-Latour, sénateur-maire de Virelade, entreprit de régénérer la race déclinante des Chiens de Saintonge. Il unit pour cela les derniers descendants de cette race avec les Bleu de Gascogne du Baron de Ruble, afin de créer le Gascon-Saintongeois ou chien de Virelade.

Le Gascon-Saintongeois comporte deux variétés : Grand Gascon-Saintongeois, utilisé pour la chasse à tir, et parfois à courre du grand gibier. Il est en voie d'extinction. Petit Gascon-Saintongeois, principalement destinée au courre du lièvre.

 

Source :  Site Internet